Categories Blog, Culture

Chantilly 2015 : Shelby Cobra 289

Posted on
Chantilly 2015 : Shelby Cobra 289

Pilote amateur au début des années 1950, Carroll Shelby s’est rapidement fait un nom sur les circuits américains. Auteur de plusieurs records de vitesse, il a même participé à huit Grands Prix de F1 (dont certains avec Aston Martin !) et s’est imposé au Mans en 1959.

Victime de problèmes cardiaques, il mettait un terme à sa carrière de pilote au terme de la saison 1959. Son rêve était alors de concevoir sa propre voiture de course. Il devient donc importateur américain du constructeur britannique AC Cobra. En quête d’un nouveau moteur depuis l’arrêt de la production du 2 litres dérivé de celui de la BMW 328 d’avant-guerre, AC Motors se laisse convaincre par Shelby de monter un V8 small block.

Avec l’ambition de proposer une voiture capable de concurrencer les nouvelles Corvette, Ford fournit deux moteurs à Carroll Shelby. Après un premier test au Royaume-Uni, un châssis de AC est envoyé en Californie le 2 février 1962. À Santa Fe, l’équipe de Shelby installe le V8 et sa transmission en moins de huit heures. La voiture roule dans la journée !

shelby-cobra-289-v8

Les modifications restent mineures pour encaisser la puissance du moteur américain. En quelques semaines, la production débute. AC envoie les caisses peintes, sans moteur ni transmission. Aux États-Unis, le V8 4,3 litres est installé sur les 75 premiers modèles… Et un V8 4,7 litres (289 pouces cube) arrive pour les 51 suivants. En 1963, la voiture évolue avec des pièces venues de Coccinelle et de MGB. Un peu plus de 500 Cobra sont distribués.

Mais Shelby veut surtout voir sa voiture gagner en piste. Il l’engage aux États-Unis et gagne toutes les courses, sauf une, en trois ans. Au niveau mondial, les résultats sont moins flatteurs. Dans sa version Roadster, la Shelby Cobra ne peut pas rivaliser sur les circuits les plus rapides.

Ford pousse alors pour aider le préparateur. Un nouveau V8 6,4 litres est fourni, mais les Ferrari restent intouchables. Pour Henry Ford II, c’est un affront. Après avoir dépensé des millions de dollars pour racheter le constructeur italien avant de voir Enzo Ferrari claquer la porte, le petit-fils du fondateur de Ford veut gagner par tous les moyens. Le travail de Carroll Shelby sur l’AC Cobra mènera l’Ovale Bleu vers un succès historique au Mans, en 1966, avec l’emblématique Ford GT.

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *