Categories Blog, Histoires, Jaguar

Jaguar XJ 220 : spéculation et justice

Posted on
Jaguar XJ 220 : spéculation et justice

En décembre 1989, Jaguar reçoit 1 500 candidatures pour l’achat de sa XJ 220. La situation est inédite. En plein boum des supercars, de nombreux acheteurs n’imaginent même pas se mettre au volant. La spéculation est de mise. Trois ans plus tard, Jaguar multiplie les procès pour pouvoir distribuer ses voitures.

La mort d’Enzo Ferrari a-t-elle été le déclencheur de cette vague d’intérêt pour les supercars ? En 1989, Jaguar reçoit 1 500 promesses d’achat pour sa XJ 220 affichée au tarif exceptionnel de 290 000 livres (en combinant les taux de change, ce serait l’équivalent de 500 000 euros aujourd’hui). Le 14 février 1990, la marque communique la liste des 350 futurs acheteurs sélectionnés. Le marché noir s’organise. Il se dit qu’un bon de commande aurait été échangé contre 440 000 livres…

Jaguar_XJ220_02

Mais, en 1991, la crise fait son oeuvre. Pire, la Suisse lève le secret bancaire et beaucoup d’acheteurs potentiels cherchent à se faire discrets. Les premières XJ 220 sont pourtant livrés sans problème. Le Sultan de Brunei en reçoit une douzaine, Elton John et Nick Mason font partie des heureux propriétaires.

Mais la majorité des autres acheteurs reste muette. Et lorsque tous les modèles effectivement payés sont livrés, Jaguar relance les possesseurs de bon de commande via son cabinet d’avocats.

Jaguar_XJ220_03

Selon le contrat préétabli, chaque acheteur devait débourser 290 000 livres… Alors que la Jaguar XJ 220 est désormais cotée 150 000 livres !

Le constructeur tente de forcer la main à ses « futurs » clients en demandant un versement immédiat de près de 10 % du prix total sous peine de poursuites. Finalement, les 350 commandes ne furent jamais honorées. Seules 280 voitures ont été produites. Et si quelques procès ont été médiatisés, la plupart des affaires a été traitée à l’amiable. Il faut dire que les bons de commande avaient été signé pour une Jaguar XJ 220 équipée d’un V12 de 6,2 litres alors que la livraison a été faite avec le V6 3,5 litres de l’Austin Metro 6R4.

Jaguar_XJ220_04

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *