Categories Blog, Histoires, Renault

17 novembre 1986 : la Régie Renault à terre

Posted on
17 novembre 1986 : la Régie Renault à terre

17 novembre 1986, un peu après 20h00. Quatre coups de feu retentissent Boulevard Edgar Quinet à Paris. Deux femmes s’enfuient le long du cimetière du Montparnasse. Georges Besse, Président Directeur Général de la Régie Renault, vient d’être assassiné.

Depuis plusieurs années, Action Directe – un groupe terroriste d’extrême-gauche – est en guerre avec l’Etat Français. Au total, ils feront douze victimes au nom de la révolution prolétarienne.

A Billancourt, on est abasourdi. Une minute de silence est suivie dans toutes les usines. La Régie fait corps autour de la famille Besse. L’Humanité écrit : « Le sang d’un PDG dans le caniveau n’a jamais fait avancer la lutte des classes. »

A 58 ans, Georges Besse était à la tête de Renault depuis près de deux ans. Deux ans de réformes qui permettaient au constructeur de Billancourt de sortir d’une crise qui la menait pourtant vers la faillite.

Issu d’une famille modeste, brillant dans ses études (X et Mines), il est chargé par le Général de Gaulle de doter la France de l’arme nucléaire. Passé dans le nucléaire civil, à la direction d’Eudodif, Cogema et Pechiney, il est ensuite appelé à la tête de la Régie Renault en 1985.

Dès son arrivée, il s’impose. Pour redresser le Losange, il lance un plan de 20 000 suppressions d’emplois. Sans licenciement, il parvient à éviter le conflit social. Georges Besse se montre continuellement sur les sites de production, il va au contact de ses salariés. Le Clermontois fait même imprimer des posters annotés « un franc est un franc ».

La presse le surnomme « Docteur Miracle ». Il sauve Renault sans drame social. Mais la revendication, adressée à l’Agence France Presse trois mois après les coups de feu, fait état d’une « guérilla », de « révolution » et de « prolétariat » pour l’assassinat de la « brute Besse ». Les 26 pages sont signées par le « Commando Pierre Overney », du nom d’un militant maoïste, licencié par Renault, tué par un vigile en 1972 alors qu’il incitait les ouvriers de Billancourt à commémorer la manifestation du 8 février 1962.

Deux des quatre personnes qui formeront le cœur d’Action Directe lors de l’assassinat de Georges Besse avaient été incarcérés en 1980, puis graciés lors de l’élection de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981. Elles sont de nouveaux arrêtées en 1987 puis condamnées. Elles sont sorties de prison entre 2004 et 2011. L’une des deux femmes jugées pour le meurtre de Georges Besse est décédée en 2006.

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *