Allo ? Autoplus ? L'affaire Volkswagen ?

J’imagine déjà les réactions… Volkswagen, c’est bon, on en a eu toute la semaine ! La télévision, la radio, les journaux. Depuis l’affaire Philippe Varin et sa retraite dorée, voire l’invitation au 20h00 de TF1 de Carlos Ghosn pour la fausse affaire d’espionnage qui a entrainé la démission de Patrick Pelata, on n’avait jamais autant parlé d’automobile dans les médias. Et pourtant, AutoPlus parvient à rester au-dessus de ça.

Note importante ajoutée après la publication : Ce numéro d'Auto Plus a été bouclé le 18 septembre, avant l'annonce de l'affaire. La rédaction d'Auto Plus n'est donc pas du tout responsable de l'absence d'informations à ce sujet dans le numéro du 25 septembre. Les délais réclamés pour imprimer et livrer les exemplaires à des tarifs acceptables empêchent d'atteindre un niveau de service que le lecteur peut espérer dans un cas aussi extraordinaire.

Le 18 septembre, le Département de la Justice des Etats-Unis annonce l’ouverture d’une enquête contre le Groupe Volkswagen qui aurait équipé certains de ses modèles d’un logiciel visant à modifier le comportement du moteur lors des contrôles d’homologation. Depuis des mois, les agences de protection de l’environnement (fédérale et californienne) travaillaient sur le sujet avec Volkswagen.

Le lendemain, samedi 19 septembre, l’information se propage dans le monde. Et le lundi 21 septembre, le plongeon de l’action Volkswagen met en lumière la gravité de la situation. Dès lors, tous les médias généralistes s’emparent de « l’affaire Volkswagen ».

Durant des heures, même des jours, des spécialistes (de rien, à part d’eux-mêmes pour la plupart) donnent leur avis, partagent leur expertise inutile. Puis les professionnels de la politique s’en mêlent (s’emmêlent) à leur tour.

Heureusement que certains ont su enquêter davantage pour abreuver tous les autres médias d’une base de connaissance sur laquelle tout le monde a pu travailler.

Et c’est justement à ce moment-là que l’on attend la sortie des magazines spécialisés. Les journalistes, qui vivent de l’auto et dans l’auto, vont pouvoir – avec le recul qu’impose le rythme de leurs publications – donner des informations supplémentaires et un nouvel éclairage pour cerner encore un peu plus les faits et imaginer les prochains développements.

Vendredi matin, sortie d’Autoplus dans les kiosques, une pleine semaine après l’annonce de l’ouverture de l’enquête aux Etats-Unis.

Rien en Une. On parle d’un essai exclusif de la Renault Kwid (sans en donner le nom) et d’une enquête sur la nouvelle vignette écolo (!).

Page 2 : « Evènement »… Innovations : ce qui vous attend !

Page 5 : sommaire et édito : rien.

Page 6 : enfin ! Le courrier des lecteurs aborde le sujet des consommations homologuées… Voici la réponse de la rédaction : « On ne peut pas dire que les marques trichent : elles ne font que profiter d’un protocole de tests totalement dépassé. (…) »

Mais, mais, mais personne ne lit le journal avant de l’envoyer à l’impression ? A-t-il été envoyé avant le 18 septembre pour être disponible en kiosque le 25 septembre ? Cette question mérite d’être posée tant la mécanique française pour la distribution de la presse est une hérésie et un vol organisé.

Et personne, chez Volkswagen, n’a appelé pour bloquer la parution de cette publicité page 52 ?

publicite-mensonge-volkswagen

Je sais que j'avais promis dans un précédent billet de ne plus être client d'AutoPlus, qui ne m'apportait plus les infos et le contenu que je recherchais dans un hebdomadaire. Ce n'était pas une critique, juste que je ne me sentais plus dans la cible... Là, je critique : l'AutoPlus du 25 septembre ne parle pas d'une affaire qui a secoué le monde depuis le 18 septembre. En espérant que tout soit la faute des NMPP...

Seconde mise à jour : j'ai eu des messages plutôt amicaux de personnes de la rédaction d'Auto Plus pour m'expliquer le 'pourquoi du comment'. Nous avons tous l'air de déplorer la situation... C'est certainement une belle leçon pour ceux qui ont préféré s'attaquer au contenu de ce billet de blog, dont je soutiens toujours le fond : il est étonnant qu'un hebdomadaire ne soit pas en mesure de traiter une actu aussi extraordinaire qui date de sept jours. (malgré toute l'incompétence et la malhonnêteté dont on m'a accusé)

10 comments

  1. Yan-Alexandre 26 septembre, 2015 at 10:04 Répondre

    Fabuleux !
    Je crois à l’omerta. Aucun média n’a communiqué la liste des modèles concernés. Juste itele qui a parlé de la pAssat et la Jetta… Sans doute les modèles les moins diffusés en France parmi touts ceux concernés…

  2. François 26 septembre, 2015 at 17:34 Répondre

    Peut être que Monsieur Stricher atteint dans ce papier l’un de ses niveaux d’incompétence. Incompétence en terme d’information (un coup de fil pour connaître les délais de bouclage ? non ? Trop compliqué ? Trop occupé à manger dans les gamelles de Renault ou PSA peut-être ?), incompétence en matière de processus d’édition. Bah oui mon gros, le papier et le numérique, ce n’est pas la même chose.
    J’imagine que quand on produit du contenu à des fins de communication pour des marques, il n’est pas anormal de ne pas trouver son bonheur dans des papiers rédigés par des journalistes professionnels qui ne se contentent pas de copier-coller les communiqués de presse.

  3. Alexandre Stricher 26 septembre, 2015 at 17:52 Répondre

    Inutile d’essayer d’être virulent de façon aussi personnelle. Deux journalistes d’Auto Plus m’ont apporté les informations nécessaires à la mise à jour de ce billet (de blog, je précise).
    Et ils ont été bien plus polis que vous.

    Note : j’ai travaillé durant des années dans l’immeuble d’une très prestigieuse maison d’édition (j’imagine que vous le savez, puisque vous m’attaquer au sujet de mes clients)… Faire un bouclage une semaine avant la parution pour un hebdo, c’est vraiment incroyable. Même si ça n’a pas l’air d’éveiller votre curiosité.

    Question : pensez-vous vraiment que lorsque l’on produit du contenu, on n’aime pas le contenu produit par d’autres ?

    • françois 26 septembre, 2015 at 19:39 Répondre

      Les trolls sont bien la plaie du web. Mais pire que les trolls, il y a les gens qui prennent pour des trolls tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

  4. François 26 septembre, 2015 at 19:39 Répondre

    Je n’ai pas eu envie de faire preuve de nuances dans la mesure où vous n’en faites pas vraiment vous même.
    Avez-vous jeté un œil sur les 10 ou 15 papiers qu’Autoplus.fr a consacré à l’affaire avant de moquer son absence de traitement dans les colonnes de l’hebdo ? J’ose poser la question car vous les avez totalement occultés dans votre papier. Pardon, billet. Si c’est volontaire, c’est malhonnête. Si c’est involontaire c’est au moins ennuyeux, au vu de l’importance que vous donnez au web sur le papier.

  5. Francis 27 septembre, 2015 at 15:29 Répondre

    AutoPlus n’est donc pas un hebdo d' »ACTU » auto quand on ne peut pas publier sur l’actu du moment.
    C’est un peu comme si je m’amusais à acheter Le Monde ou Libé d’il y a 8 jours, je n’y apprendrai rien que je ne serai censé déjà savoir.
    Ce n’est certes pas de la faute des journalistes, mais honnêtement je m’en fiche de savoir qu’ils ont des problèmes (de sous ? qui n’en n’a pas ?) et qu’ils sont obligés d’envoyer le truc en presse une semaine avant la sortie !
    Ca ne sera pas le premier journal (ni le dernier) a être totalement out au moment de sa sortie…
    Bientôt dans AutoPlus, les essais de la Safrane et de la 206 ;)

Leave a reply