Categories Culture

Chantilly 2015 : Ferrari 250 GTO

Posted on
Chantilly 2015 : Ferrari 250 GTO

Chacun possède un modèle qui prend un peu plus de place dans son cœur. Une légende, une icône, un modèle culte avec lequel on possède sa propre histoire. Pour moi, c’est – le plus simplement du monde – la Ferrari 250 GTO.

Que ce soit une Ferrari n’était pas commandé, même en venant d’une famille qui reste très attachée à l’Italie. L’histoire est aussi simple qu’un enfant habitué à sa miniature préférée… Jusqu’à se retrouver face à la réalisation à l’échelle 1 pour être définitivement convaincu que la Ferrari 250 GTO est sa référence.

Le très long capot avant (une évidence), les ailes bombées, les jantes à fils, le poste de conduite reculé, la finesse de la face avant. Même à l’arrêt, j’ai l’impression que l’air file le long de la carrosserie.

ferrari-250-gto-chantilly

Pour beaucoup (aussi), cette Ferrari 250 GTO est le chef d’œuvre d’Enzo Ferrari. Ce n’était pourtant pas sa dernière réalisation, pas la plus puissante, ni la plus travaillée. Lors de l’arrivée de la 250 GTO, la marque ne produit alors des véhicules de série que depuis 15 ans.

Fabriquée à Maranello, elle reposait sur un châssis tubulaire avec un essieu rigide qui n’avait rien de novateur. Il n’était pas question de produire une supercar… Juste de coller à l’idée d’Enzo Ferrari : commercialiser une auto capable de rejoindre un circuit par la route et de s’y imposer en course.

Sous le capot trône un moteur V12 (Testa Rossa !) de 300 chevaux capable d’emmener cette vraie Grand Tourisme à 285 km/h. L’aérodynamique faisait le reste. Il faut dire que la 250 GTO avait hérité du travail effectué sur la 250 GT SWB Sperimentale qui dominait la nouvelle catégorie GT au Mans.

Moins de quarante voitures ont été produites, dont trois avec un V12 4,0 litres. Enzo Ferrari avait choisi lui-même ceux à qui il réservait le droit d’acheter sa création.

Aujourd’hui, détenir une Ferrari 250 GTO est bien plus qu’avoir un joyau automobile. La 250 GTO est la voiture la plus chère du monde. Elle détient le record lors d’une vente privée (38,35 millions d’euros) et lors d’une vente aux enchères (28,45 millions d’euros).

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *