Categories Blog, Editorial, Une

Coup de (mauvaise) pub pour Ça roule sur Sud Radio

Posted on
Coup de (mauvaise) pub pour Ça roule sur Sud Radio

J’essaie de regarder et d’écouter toutes les émissions de télévision et de radio qui s’intéressent à l’automobile en France, par passion pour le sujet et pour la communication. Mais il m’arrive encore de découvrir de nouveaux rendez-vous. Ce week-end, c’était Ça roule sur Sud Radio.

Malheureusement, le traitement du sujet de la première heure de cette émission diffusée ce samedi matin entre 9h et 11h ne m’a pas emballé : les inégalités hommes/femmes au volant n’ont jamais été faciles à traiter. Mais quand le débat est appuyé par des statistiques biaisées et de monstrueux clichés, c’est un échec.

Mon rôle n’étant pas de juger la qualité des journalistes – voire des intervenants – à travers ce blog, je ne peux qu’affirmer que l’émission ne m’a pas plu en tant que simple auditeur.

Voici quelques morceaux choisis… Mais n’hésitez pas à écouter le podcast pour vous faire votre propre idée !

La question est posée au second degré… Jusqu’ici tout va bien : « Femme au volant, mort au tournant ? Doit-on y croire ou peut-on définitivement enterrer cette formule ? »

La suite ne quitte jamais le premier degré. Voici le transcript de quelques phrases entendues…

Marie-Rose Le Guern, Association Mélodie
« Un quart des femmes est responsable des accidents. Sur la route, c’est 25 % des tués. Sur ces 25 %, 30 % sont des passagères, elles ne sont même pas responsables. »

« Je ne suis pas féministe, je suis le contraire de ça. Le féminisme, je le pratique dans ma vie, j’ai été élevée comme ça. »

« Les femmes sont quand même plus prudentes. On ne peut pas nier qu’il y a une différence dans la tête entre un homme et une femme, au volant. »

« Les femmes sont en général plus prudentes, plus responsables, elles sont moins sûres d’elles aussi. »

« Pour elles, un véhicule c’est se déplacer d’un point A à un point B, ce n’est pas avoir la plus belle voiture… »

Clémence de Bernis, Les Enjoliveuses
« Je pense que les femmes ont moins d’accidents au volant parce qu’elles sont plus responsables, c’est inné. Elles vont faire attention. »

« On a la notion de bonne mère de famille. On va être calme face à une situation un peu dangereuse. On ne va pas forcément foncer. On va réfléchir. »

« Quand est-ce qu’on conduit ? On conduit à la fin des soirées un peu arrosées, après un diner, quand les hommes n’ont plus le courage de conduire. On conduit aux moments les plus dangereux. »

« Je pense que les femmes s’en fichent de savoir si elles ont 300 chevaux ou 90 chevaux. Ce qui compte c’est d’avoir de la reprise. C’est un vrai critère de sécurité. Quand il faut accélérer d’un coup, parce que on a une voiture qui arrive derrière ou pour n’importe qu’elle raison, c’est important d’avoir du couple, d’avoir de la reprise. Donc là-dessus c’est important la motorisation. Mais qu’on me dise qu’il y a 300 chevaux ou 90 chevaux. Honnêtement je m’en fiche. »

« Sur l’autoroute, j’ai tendance à aller un peu plus vite, mais je reste prudente et je freine dès que je m’en rends compte. Mais en fait, je m’emballe. »

« La distance de sécurité, c’est un truc que les hommes ne connaissent pas. »

« Presque tous les constructeurs s’intéressent depuis quelques temps aux femmes. On peut trouver plein de petits détails, comme par exemple, dans le SUV Lexus NX 300H qui est un véhicule un peu de luxe, dans la console centrale, il y a un petit miroir. C’est un petit détail qui paraît idiot peut-être pour un homme, mais nous, ça nous amuse. Il est aussi dans le pare-soleil. C’est obligatoire pour les feux rouges quand on se remaquille. C’est cliché, mais c’est finalement pas si faux que ça non plus. Si on est en retard, oui ! »

« Avec la technique de la personnalisation, ça permet de n’exclure aucun potentiel client. Les hommes peuvent partir sur du noir, du gris et tout ça. Nous, les femmes, on peut mettre un peu de couleur… La couleur est intéressante sur certains véhicules uniquement. D’ailleurs, la personnalisation s’adresse à la DS 3, à des MINI, à l’Opel ADAM et à plein de petites citadines un peu funs. En revanche, la voiture plus raisonnable, même pour les femmes, va rester dans des couleurs un peu plus neutres. C’est moins la voiture passion. »

Pierre Chasserey, animateur de l’émission
« Est-ce que vous avez déjà vu, sur la route, une femme qui vous colle au pare-choc arrière. Ça, ça n’existe pas. »

Message à Sud Radio, Les Enjoliveuses et Mélodie : nous pouvons évidemment continuer à confronter nos points de vue !

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



2 comments

  1. J’hallucine quand je lis tout ces clichés et je me dis que selon leurs « critères », je ne dois absolument pas être une fille alors!
    Evidemment j’aime les touches de couleurs sympa, la personnalisation, mais je veut aussi une voiture puissante et je peut être « agressive » au volant, je suis bien loin de la femme « prudente » décrite dans l’émission!
    Les accidents ne dépendent pas du sexe mais de la conduite adoptée et aussi parfois d’un peu de « chance » selon la personne sur qui on tombe sur la route, pas besoin de statistiques stupides… Je suis une fille, oui mais je conduis comme tout le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *