Categories Blog, Editorial

La bêtise n’a pas d’alternance

Posted on
La bêtise n’a pas d’alternance

A l’instar des précédentes opérations d’interdictions des plaques pairs dans Paris (car ça tombe à chaque fois sur les plaques pairs), la décision gouvernementale prise ce 23 mars n’a pas le moindre intérêt.

Annoncée dimanche, alors que l’indice de pollution était jugé « faible » et que l’évolution des prévisions étaient positives, l’interdiction de circulation des véhicules à plaques pairs dans Paris et 22 communes de la petite couronne n’apporte rien.

La loi votée il y a près de vingt ans sur la qualité de l’air n’a jamais été appliquée. Les plans nécessaires n’ont pas été mis en place. En 2002, pour masquer l’immense retard du pays, le gouvernement de l’époque a instauré de nouveaux seuils, très supérieurs aux obligations européennes…

Et pourtant, la pollution liée aux déplacements en automobile ne cesse de décroître grâce aux progrès des constructeurs et au lent renouvellement du parc. Ces pics de pollution sont dus à une météo défavorable et, surtout, à l’import de masses d’air venant d’Europe du Nord.

Selon Airparif, qui est la référence de l’Etat pour ses prises de décisions, la pollution est, pour moitié, le résultat de l’arrivée d’air contaminé venant d’Europe du Nord, chargé de particules fines dues à l’épandage agricole et aux centrales à charbon. Le reste est à partager, en majorité, par l’activité industrielle et le chauffage et, en minorité, par les déplacements motorisés.

Le gouvernement étant incapable d’agir, tant sur le plan national, pour diminuer les rejets industriels, tant que le plan international, avec une nouvelle politique agricole commune, le plus simple est d’agir vite, sans vision à moyen-terme, sur les automobilistes.

Comme on le savait depuis deux jours, l’indice de pollution a déjà largement baissé. L’alternance ne sera donc pas reconduite demain. Ce qui est dommage, c’est qu’aucune nouvelle solution ne sera annoncée d’ici l’arrivée des prochaines masses d’air alourdies par les particules fines.

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



1 comment

  1. Tu as tout dit ! Mais bon comme c’est la tendance (depuis trop longtemps !!) d’accuser l’automobile de tous les mots, c’est facile et après ça on attribue la fin de la pollution à cette mesure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *