Categories Essais, Vécu

La tuile lors d’un essai

Posted on
La tuile lors d’un essai

Dans une sympathique ambition de ne se mettre personne à dos, les journalistes répètent de plus en plus souvent qu’il n’existe plus de mauvaises voitures. A la lecture de mes précédentes prises en main, vous avez pu vous apercevoir que je n’étais pas de cet avis.

Cette construction insipide de quelques publications est un réel problème. En France, il est souvent considéré qu’un journaliste ne doit exposer que des faits. Et bien, à la manière anglo-saxonne, je préfère les éditorialistes (On parle évidemment des talentueux !).

Sur TF1, Automoto avait lancé cette mauvaise mode. Leurs journalistes ne jugeaient plus les modèles essayés. Lorsqu’il fallait donner un avis, ils laissaient d’autres professionnels de la critique (terme qui peut ne pas être péjoratif) s’exprimer.

Ces journalistes de presse écrite pouvaient alors jouer leur rôle en pointant les points positifs et les points négatifs. Et le travail était fait. D’une façon détournée, mais il était fait.

Ce qui était amusant, c’est qu’un intervenant pouvait donner des sensations beaucoup plus personnelles face à la caméra, mais ne pas essayer de le faire transparaître dans son article. Pas assez de signes, sûrement.

C’est là que le métier joue. Car ces sensations peuvent largement varier selon les conditions. Et on a rarement l’occasion de faire des essais très longue durée.

Lors de ces essais, il arrive aussi qu’un problème plus ou moins important vienne perturber l’expérience. Ça m’est arrivé avec une DS 5.

Il n’y a rien de facile dans la conception d’une automobile moderne. Les nouvelles fonctionnalités des services d’info-divertissement s’avèrent aussi compliquées. En 2015, nous avons tous l’habitude de jouer avec des ordinateurs, tablettes et smartphones. On ne peut donc qu’espérer les mêmes qualités avec ces écrans embarqués.

Mais voilà, lorsque le système plante, que faire ?

Sur l’autoroute, à 150 kilomètres de l’arrivée, je cherche une station pour suivre l’ascension de l’Alpe d’Huez. Je tapote l’écran avec le désir d’entendre les commentaires en direct d’une moto en tête de course… Le tuner tourne et s’arrête sur France Culture. Et s’arrête.

Oui, s’arrête vraiment. Impossible de faire réagir l’écran en appuyant un peu partout. Et les boutons physiques ne veulent plus, non plus, commander quoi que ce soit. Impossible d’éteindre le système, impossible de baisser le son.

Nous voici en compagnie de spécialistes de la vie et de l’œuvre de P. D. James… Au moins, j’apprends des choses sur les romans policiers !

Avec cette irrésistible envie de reprendre le contrôle d’un système qui ne répond plus, direction l’aire d’autoroute suivante. Celle sans station-service ! Moteur coupé, la radio œuvre toujours. Je sors, je verrouille la voiture. La radio continue de produire du son… J’attends cinq secondes, dix secondes. Je repars avec P. D. James.

Passer un peu plus d’une heure avec une émission de France Culture reste très supportable. Mais notre radio à fréquence modulée n’est efficace que sur une zone géographique restreinte. Et en sortant de ce périmètre, les enceintes ne produisent plus qu’un souffle désagréable. Au péage, je continue de couper le moteur en espérant un reboot du système. Sans plus de succès.

Fin du trajet. Cette radio va-t-elle fonctionner toute la nuit ? Moteur coupé, l’infernal son d’une fréquence sans station continue d’envahir l’habitacle… La nouvelle idée est de débrancher la batterie.

Le temps de tester une multitude de combinaisons et la radio s’éteint enfin ! Sauvé, sans même toucher à la borne moins (toujours la borne moins en premier !). Est-ce dû à l’ouverture du coffre ou au temps d’arrêt d’environ 5 minutes ? En tout cas, au démarrage suivant, le système était à nouveau fonctionnel !

C’est évidemment une anecdote. Mais je pense au client qui se voit confronté à un tel problème après 3 000 kilomètres et un chèque de plus de 40 000 euros…

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



3 comments

  1. C’est une expérience désagréable, certes, mais tu te méprends sur le sens de la phrase « il n’existe plus de mauvaises voitures » qui est une vérité, et pas une posture couarde. Rappelle toi qu’il y a une époque, bien avant les années 2000, où des voitures sortaient des bureaux d’études en étant parfois dangereuses, parfois piégeuses, parfois pas finies etc. On parle pas d’un Dacia Duster qui fait le minimum ou d’une DS5 qui a un problème d’éléctronique, mais de voitures qui étaient incapables de freiner dans certains cas, ou de rester dans un virage dans d’autre. C’était ça les mauvaises voitures dont on parle tant. Ces voitures dont tu pouvais lire un article entier dans l’Auto-Journal sans le moindre point positif. Ces voitures dont on se demandait bien comment elles avaient pu être mises sur le marché. C’était avant. Et non, il n’y a plus de mauvaise voiture. Du moins sur notre marché.

  2. L’idée de « mauvaise voiture » n’a rien à voir avec l’aventure vécue dans une DS 5. Un tel incident ne peut pas être à l’origine de cette qualification.

    Sur ton analyse des mauvaises voitures d’antan, je ne peux que te suivre. La législation a vraiment participé à ce nivellement très positif. Mais je ne pense pas à « mauvaises » uniquement sur le plan de la sécurité. Une voiture peut être suffisamment sûre, mais finalement « mauvaise » dans bien d’autres domaines. Insuffisante partout, en habitabilité, en confort, en cote d’amour… Et finalement sans autre qualité que d’être autorisée à la vente. C’est souvent relatif à la concurrence, à un marché.

    Evidemment, si la pire des voitures en vente actuellement en France était la seule, ce ne serait sans doute plus une « mauvaise » voiture, mais un produit rigoureusement indispensable.

  3. Je te rejoins, et bien des voitures actuelles ont des défaut insupportables, souvent liés à leur équipement, et particulièrement aux aberrations des systèmes d’infodivertissement.
    Je réagis surtout à ta première phrase qui ma paraît un tantinet injuste…
    (sinon, c’est ennuyeux qu’on ne puisse savoir s’il y a des réponses aux commentaires – au moins un compteur en home)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *