Categories Actualités, Blog, Lamborghini

Lamborghini : Nous sommes plus exclusifs que Ferrari

Posted on
Lamborghini : Nous sommes plus exclusifs que Ferrari

A New-York, Lamborghini avait préféré s’installer dans l’une de ses concessions plutôt que de payer un stand au cœur du salon. Stephan Winkelmann a pu faire son show devant des clients et quelques journalistes américains.

Dans Car and Driver, une intéressante interview du patron permet de rappeler les ambitions de la marque italienne.

Morceaux choisis :

« Nous sommes bien plus exclusifs qu’eux (Ferrari). L’an passé, nous avons vendu 2 500 voitures, ils en ont vendu 7 000. Nous sommes donc bien plus exclusifs que tous les autres. Notre stratégie est de proposer un V10 et un V12. Nous n’essayons pas d’atteindre la limite. »

lamborghini-huracan

« Il y a un marché dans lequel on mélange premium et luxe, c’est une première erreur. Le premium est une chose, le luxe en est une autre. Et dans le luxe, il faut séparer les voitures super sportives, les limousines et les GT. Pour ce qui est des voitures super sportives, les ventes sont stables depuis une dizaine d’années. En 2007-2008, nous avons eu un pic. En 2009, le marché est tombé d’un tiers. »

« Le segment des SUV progresse rapidement. C’est vrai pour les marques généralistes et premium. Mais il n’y a aucun SUV luxueux. Nous pensons qu’il y a un marché global et c’est quelque chose de très intéressant. Mais aucune décision n’a encore été prise. »

lamborghini-urus

« Le segment inférieur (à moins de 200 000 euros) est très compétitif. Ce qui veut dire que ça se passe comme si l’on essayait de vendre des centaines de milliers de voitures, il y a une guerre des prix. Nous ne travaillons pas sur quelque chose comme ça. Peut-être qu’en faisant des développements sur nos modèles actuels, nous pourrions avoir des opportunités. Mais il n’y aura pas de nouvelle voiture dans cette gamme. »

lamborghini-asterion

« Nous avons créé l’Asterion comme un démonstrateur technologique. Il y avait une idée derrière. Il fallait montrer notre savoir-faire si nous devions nous adapter à de nouvelles lois. Ce n’était donc qu’un démonstrateur, on ne cherche pas à créer un nouveau modèle. Nous avions besoin de retours, par la presse, nos fans et nos clients. L’innovation est importante, mais pas si elle ne sert que l’innovation (…). Nous voulons maintenir nos V12 atmosphériques, car rien ne les égale. Peut-être que nous trouverons quelque chose de différent qui sera meilleur. Nous serons alors prêt à changer. Mais il faut que ce soit une réelle innovation, pas une décision d’un gouvernement au sujet du CO2. Le kilométrage moyen de nos voitures est très faible. Nos clients achètent l’un de nos modèles pour le rêve. Ils veulent quelque chose qui va plus loin que leurs attentes. Ils roulent une fois de temps en temps pour sortir le soir ou rouler le week-end. Leur utilisation n’impacte pas les émissions de CO2 dans le monde. »

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *