Categories Actualités, Blog, Une

Top Gear France en direct avec Le Tone

Posted on
Top Gear France en direct avec Le Tone

Pour le cinquième épisode de Top Gear France, nous sommes dans les bureaux de RMC Découverte avec Le Tone… Suivons ses réactions durant la diffusion !

Début de l’émission : « J’ai ma veste à carreau, elle me boudine un peu. »

Au sujet des spectateurs sur les plateaux : « Les gens étaient vraiment gentils, ils criaient tout le temps ! »

Le Tone n’a pas regardé les trois premiers épisodes… Il a suivi la diffusion du quatrième tout en disant qu’il avait beaucoup de mal à se voir à la télévision.

Covoiturage avec les hockeyeurs : « Ils ont été vraiment relous ! »

Pourquoi Le Tone était-il le seul à avoir du monde dans sa voiture ? « C’est un coup de la production, ils boivent la veille ! »

« Qu’est-ce que je suis viril quand je cours ! »

Le Tone garde un petit sourire quand il regarde l’émission.

La raclette dans la voiture : « Elle est branchée sur l’allume-cigare ! »

« Les harengs ont pué durant deux jours dans ma voiture… La raclette, ça part vite. »

« Pendant que je regarde la carte, il dégonfle un pneu ! »

A propos des tournages : « une vingtaine de personnes travaillent autour de nous. »

Lequel des deux autres animateurs préfères-tu ? « Pour rouler Philippe… Mais pour dormir Bruce. »

Quand ils chantent : « C’est pas vrai ! Ils l’ont mis au montage ! »

Beaucoup de choses sautent au montage ? « Beaucoup. On fait des conneries toute la journée. Ils ne prennent que les meilleures… Ou les pires ! »

Et la Mercedes Classe G ? « Le moteur est bon, mais elle ne tourne pas. C’est trop lourd ! »

Pourquoi le surnom Le Tone ? « ça vient des vieux postes de radio. »

Une saison 2 à venir ? « On en sait rien pour l’instant. »

La blague sur la Volvo : « C’est nul Ouhhh ! »

« La Rolls, c’est comme faire l’amour avec une capote, tu ne sens rien du tout ! »

Je peux vous dire qu’aujourd’hui Le Tone sait dire parfaitement « Wraith ».

Toujours sur la Rolls-Royce : « J’aime la porte automatique et le ciel de toit. Mais je déteste le GPS et la hifi, l’iconographie est moche. »

« J’ai la liste des specs de la voiture et j’improvise. On savait qu’il y avait des chances de s’embourber. On y est allés ! »

Et vous vous êtes échangés vos femmes entre animateurs ? « Non, pas encore ! »

Torres comme le footballeur ? « Je suis vraiment un blaireau parfois ! »

On a tourné sept épisodes en tout et dix avec les best of.

« Sur la terre, j’ai vraiment roulé à 160 km/h. Mais je pense qu’on pouvait casser quelques arbres avant de se faire mal avec la Wraith. »

Il avoue : « Ce n’était pas du Champagne, juste du mousseux. »

Panne de la Rolls-Royce : « Elle est vraiment tombée en panne. Elle s’est mise à 45 km/h et tout déconnait ! C’est abusé grave. »

Retour en plateau : « Bruce, parfois il est bon ! »

Quel est l’invité qui t’a le plus marqué ? « Aucun, j’allais faire la sieste ! Mais j’ai diné avec Solo et Le Bolloc’h, je me suis vraiment marré. Fillon était marquant quand il est sorti de la voiture avec sa propre combinaison. »

Au sujet du circuit Top Gear France : « On a fini le dessin du circuit deux heures avant le tournage. Le problème, c’est que si on tape les pneus, on détruit la caisse. La chicane est assez chaude. »

Retour à la montagne : « Le coup du flic, c’était complètement fake ! »

« Il faut que j’arrête de dire j’ai peur, ils vont le croire. »

« Cette scène est la plus dangereuse de la saison. Philippe s’arrête au milieu de la piste. Je freine sur cent mètres et je m’arrête à rien. J’ai cru que j’allais le stricker ! »

« Et ça, c’est ma scène préférée de Top Gear avec le Sprint Car. »

« A l’arrivée, je pensais m’arrêter devant Bruce en dérapage. Et ça n’a pas marché. Il m’a dit après qu’il avait eu peur ! »

« Je découvre l’émission en même temps que les téléspectateurs. On ne voit rien entre le tournage et la diffusion. »

« On a tourné jusqu’en fin février. »

« Top Gear est une licence… C’est comme les McDo, la sauce est la même en Hongrie. »

« Mon père avait une Renault 18 Break. Le concessionnaire lui avait prêté une Fuego. Je la conduisais par l’arrière pour faire vaisseau spacial. »

« J’aimerais bien essayer une Honda NSX. L’ancienne, pas la nouvelle pour me prendre un coup d’électricité. »

Au sujet des images floutées : « Philippe se mettait le doigt dans le nez… Il ne fallait pas que ça se voit ! »

Attention, informations sur les prochains épisodes par Le Tone :

« J’ai perdu tous mes défis cette saison en fait ! »

« On a fait cinq tonneaux avec une Lexus. C’était un accident bête de tournage. Mais ça ne passera pas à la télé. »

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *