Route Transfăgărăşan, road trip sur carte postale

Imaginez un lacet de tarmac d'une centaine de kilomètres. Une route si longue qu'elle en devient plaisante. Si longue qu'elle alterne des paysages aussi différents qu'une forêt dense, un col d'altitude et une plaine aussi plate que le plat pays de Jacques Brel. Une route si surprenante qu'elle passe du château de Dracula à un paysage de carte postale d'une des plus belles routes du monde. Car oui, cette route fait partie des plus belles routes du monde. Cette route, c'est la Transfăgărăşan.

Techniquement, cette route se situe en Roumanie. Elle est longue de 100km et traverse les Carpates entre la ville Curtea de Argeș et celle de Făgăraș, d'où son nom, selon un axe sud > nord, tout en étant l'une des routes les plus hautes du pays. Son réel nom est la "DN7c - Drumul Național 7C" et se situe au milieu du pays.

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00007

Mais pourquoi la Transfăgărăşan?
La Transfăgărăşan a été construite dans un but simple : créer un axe stratégique à travers les Carpates. Dictateur roumain, Nicolae Ceaușescu redoute une attaque soviétique sur la Roumanie. Pour parer à cette attaque, il fait construire cette route entre les villes de Curtea de Argeș et Făgăraș, au travers des monts du même nom. Les travaux durent quatre ans, entre 1970 et 1974, complétant un premier réseau routier créé sous l'ère pré-communiste et communiste des premières années. Les travaux demandent alors des moyens gigantesques, à la façon XXL des dictatures communistes dignes des Staline et Mussolini. Comme tout dictateur qui se respecte, Ceaușescu ne se mêle guère des vies humaines. Officiellement, il y eut 40 morts durant sa construction, mais dans les faits, il semblerait que les pertes humaines se comptaient plutôt par centaines sur l'ensemble de la route, dont 400 sur le barrage (source : romanialibera.ro).

Si difficile à écrire qu'à appréhender.
100 kilomètres de route de montagne n'est pas une chose évidente à appréhender. Tout d'abord, son sens principal va du sud au nord. On part de Curtea de Argeș vers le nord. Trouver sa route n'est pas une chose compliquée : il s'agit de l'une des seules de la région, rares sont les autres axes intervenant sur notre chemin. Partant du lac de Vidraru, la première partie de la route serpente à travers une forêt assez dense et très verte, aux nombreuses parties ombragées, avec des parties en aveugle, sur une route très bosselée, où, il faut l'avouer, notre Seat Leon ST a fait des merveilles avec sa caisse un peu plus longue qu'une berline ou coupé.

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00016

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00033

On passe alors le barrage du lac Vidraru, barrage du même nom... Puis, sortant de la forêt, au détour d'un virage sur cette DN7c, la montagne, verte, très verte, se dresse face à nous. La découpe entre forêt et champs herbeux est nette. Au creux du vallon, les lacets y sont dessinés à perte de vue, se perdant entre les monts. Si la pente était peu abrupte jusqu'ici, tout change là. Les épingles à cheveux sont légion et le rythme de conduite change. La visibilité est bien meilleure et la route monte monte monte durant de nombreux kilomètres. Puis vient un tunnel, dont les épaisses portes ouvertes nous laissent deviner qu'il est fermé l'hiver.

750 mètres sans lumière jusqu'au bout du tunnel, qui donne sur le col et ses échoppes de souvenirs locaux, de saucissons, des bretzels. Une dizaine de cahutes en bois bien alignées et quelques bâtiments en pierre, un restaurant d'altitude, tout comme l'arrivée du téléphérique. Téléphérique car oui, nous sommes en haut du col, au point culminant de la Transfăgărăşan. Encore quelques centaines de mètres et la carte postale s'offre à nous. Celle pour qui nous sommes venus là.

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00004

Bonjour à toi Transfăgărăşan... Son tracé mythique se dessine au creux de la vallée, épousant chaque monticule de la montagne, chaque vague du relief. Elle a l'air infinie ainsi, telle la carte postale. Sublime, le cadre est sublime, très vert, le soleil rayonnant. En bas de ces kilomètres de descente d'épingles en épingles, la Transfăgărăşan repasse par une zone très boisée pour finir sur une vingtaine de kilomètres dans la vallée, plat comme une limande, et chiante aussi. Surtout au cul d'un bus qui n'avance pas. Moment de vie.

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00015

Par chance, nous sommes resté trois jours sur la Transfăgărăşan. Trois jours durant lesquels nous avons pu nous apercevoir qu'elle était aussi une cruising place to be. Amateur automobile et de belles routes, nous aimons bien sûr la conduite sportive, prendre du plaisir au volant mais aussi prendre notre temps. Il s'est avéré ici que la Transfăgărăşan est l'endroit parfait pour un périple en douceur. Nous vous conseillons d'ailleurs de faire plusieurs fois cette Transfăgărăşan, dans les deux sens, sud>nord, nord>sud, en plusieurs fois. Cette route vaut le détour roumain.

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00027

Transfăgărăşan, la difficile.
Oui, la Transfăgărăşan n'est pas évidente. Elle est longue déjà,  elle grimpe sacrément ensuite. Il n'est pas rare de voir de nombreuses voitures sur les bas côtés de la route, capots ouverts pour faire refroidir le moteur en mal de fraîcheur. Aussi, elle n'est ouverte que de mi-juin à mi-octobre car bloquée par la neige le reste de l'année. Nous avons d'ailleurs pu voir des neiges éternelles ou presque au niveau du col, à un peu moins de 2 000 m d'altitude. Cette route, surtout sa face nord est aussi très prisée des cyclistes et cyclotouristes. Aussi, bon courage si vous faites une montée au cul d'un bus. Vous serez forcément bloqués par ce pachyderme. Conseil, arrêtez vous, prenez l'air et le temps d'observer cette route, les différents points de vue sont magnifiques.

Transfăgărăşan au volant de la Seat Leon ST 290
Cet assaut de la Transfăgărăşan a été rendu possible grâce à Seat, qui a mis à notre disposition l'ensemble de la gamme Leon Cupra, à l'occasion des 20 ans de la gamme la plus sportive de la marque espagnole. D'un point de vue globale, la gamme Cupra vaut le détour. Avec sa motorisation 290 chevaux et sa boîte DSG 6, l'harmonie est parfaite, d'autant que le châssis est des plus efficaces. Je préfère vraiment la version ST à la version Coupé par exemple, qui s'en retrouve plus facile à exploiter à mes yeux, plus stable, même si moins exclusive en terme de ressenti pur du moteur, et plus lourde, plus encombrante et donc parfois plus fine à emmener à haute vitesse. Le plaisir s'en retrouve différent mais sur un périple aussi long que trois jours sur la Transfăgărăşan, je suis certain d'avoir opté pour le bon modèle en choisissant ce break sportif, vraiment sportif.

Transfăgărăşan ? Et maintenant ? Ces grands périples et road trip font envie. Après avoir vu le Turini en février et la Transfăgărăşan le week-end dernier, reprendre la route me ferait bien envie. Il faut que je vous parle du Col de Braus d'ailleurs. Une idée ? Mon prochain essai se fera fin du mois.

A bientôt,
Jean-Charles

Transfagarasan Seat Cupra - Juillet 2016 - 00082

 

1 comment

Leave a reply