renaissance-robert-kubica-renault-f1-essais-valencia8

La renaissance Kubica

C'est l'histoire d'un des pilotes les plus passionnés qui soient.

Des plus exigeants, des plus présents, des plus investis. J'avais eu la chance de le côtoyer alors que je bossais avec Renault F1. Je me rappelle d'un gars gentil, présent, souriant pour le petit gars que j'étais. Je l'observais avec des yeux de gosse et son regard m'avait véritablement marqué, alors qu'il s'ennuyait véritablement sur la péniche d'une opération de relations publiques qui, apparemment, ne le ravissait pas vraiment. C'était à Budapest.

Passionné de rallyes, j'avais suivi ses débuts sur les compétitions routières d'un oeil avisé et amusé, confiant et curieux. Début 2011, il avait quitté la F1 au soir des premiers essais hivernaux, auxquels il avait participé au volant de la Lotus Renault R31. Au sommet de sa forme, il avait alors réalisé le meilleur temps de cette session puis reprenait ensuite le volant d'une Skoda Fabia S2000, pour se donner à cette passion qu'il aimait tant. Se sortant de la route, sa carrière prenait du plomb dans l'aile, sa main droite écrasée dans l'habitacle. Exit son volant chez Renault, bonjour chômage pour l'homme blessé, physiquement comme moralement. Puis le temps a passé, l'eau a coulé sous les ponts et Kubica s'est reconstruit puis a éré, dans le rallye entre autres, sans jamais ne pouvoir retrouver un volant officiel et son statut tant espéré, malgré le titre WRC2 remporté en 2013.

Mais hier, telle une renaissance, le revoilà. Par la petite porte il revenait. Non pas de statut officiel, mais une participation aux essais privés de Renault F1, sur le circuit de Valencia, là même où il avait fait ses derniers tours de roues en F1. On a alors vu le retour de Bob, ce pilote tant apprécié du paddock, pour 115 tours au volant de la Lotus Renault F1 E20 de 2012, pour notre plus grand plaisir, et le sien. Et Bob de se confier...

« Je voudrais remercier ceux qui ont rendu ce moment possible, j’espère qu’il s’agissait d’une bonne expérience pour tout le monde et cela a peut-être rappelé quelques souvenirs à certains ! C’était une journée très importante pour moi d’un point de vue émotionnel. Je suis resté éloigné des paddocks pendant un long moment et j’ai connu des moments difficiles. Je n’ai jamais cessé de travailler, mais je n’aurais pas cru cela possible il y a quelques années. Mes sentiments sont partagés : je suis fier de ce que j’ai fait aujourd’hui, mais cela me rappelle à côté de quoi je suis passé. Je ne sais pas ce que le futur m’apportera, mais je sais qu’après plus d’un an de préparation pour ce moment, j’ai pu piloter avec un bon rythme et dans des conditions difficiles. Ce n’était pas évident après six ans, je savais que je pouvais y arriver et je peux être satisfait. Renault a été le premier constructeur à me tester en 2005 et j’ai apprécié cette nouvelle opportunité. »

De là à dire qu'une porte lui reste ouverte pour un retour au haut niveau... J'aimerais tant. Il le mérite, et nous aussi. Je l'attendrais presque.

renaissance-robert-kubica-renault-f1-essais-valencia9

renaissance-robert-kubica-renault-f1-essais-valencia8

renaissance-robert-kubica-renault-f1-essais-valencia7

renaissance-robert-kubica-renault-f1-essais-valencia6

 

Laissez un commentaire