Categories Essais

Essai Volkswagen Golf R : R comme rage !

Posted on
Essai Volkswagen Golf R : R comme rage !

Qu’est-ce qu’une Volkswagen ? La voiture du peuple Coccinelle devenue Golf… Une marque généraliste qui a réussi sa transition vers un niveau de qualité tel qu’elle peut rivaliser avec des logos premium ? Mais qui pourrait y voir une marque sportive !?

Il y a bien eu des générations de GTi… Des modèles résolument sportifs (selon les années) qui n’avaient pourtant pas de raison d’être en compétition. Et ce n’est pas Kenneth Eriksson, Champion du Monde des Rallyes Groupe A en 1986 avec sa petite Golf GTi invisible à l’époque du Groupe B, qui dira le contraire !

Aujourd’hui, Volkswagen est intouchable en WRC… Mais il faudra des records à Sébastien Ogier et Jari-Matti Latvala pour que la marque puisse s’établir en tant que référence de la discipline et être l’égale de Lancia, Peugeot, Audi, Subaru ou même Citroën.

Volkswagen s’implique aussi en rallycross (Topi Heikkinen a terminé deuxième du Championnat du Monde 2014), en Formule 3 et des Polo, Scirocco et Fun Cup roulent sur tous les circuits du monde. Pourtant, l’image reste à construire.

volkswagen-golf-r-performance

Une Golf pour tous, tous pour une Golf

Sur le papier, cette Golf R est une folie. La berline compacte la plus vendue en Europe reçoit un moteur 2 litres turbo de 300 chevaux couplé à une transmission à quatre roues motrices.

Visuellement, la Golf semble néanmoins essayer de cacher son R. La ligne n’évoque aucune extravagance. Chez Volkswagen, l’affichage de cette sportivité est maîtrisé. La châssis abaissé de 25 mm : assez peu perceptible. La calandre signée R : petite signature. Les jantes 18 pouces : le minimum… Les boucliers spécifiques, les gros étriers de freins, les quatre sorties d’échappement, les feux teintés et les coques de rétroviseurs chromées mat sont les seuls signes distinctifs.

Et pourtant, à ne pas vouloir trop en faire, Volkswagen joue la juste partition. Sur la route, j’ai eu des signes d’approbation ! Depuis les Gordini et la 2CV, je n’avais pas eu autant de réactions positives en conduisant.

La Volkswagen Golf R est sobre et parfaitement dans le ton. Quand notre époque tente de s’affirmer à coups de GT, GT Line, S Line ou M Sport qui ne sont que des ajouts cosmétiques, le « R » de Wolfsburg dévoile intelligemment sa force pour accompagner une vraie cure mécanique.

volkswagen-golf-r-logo

Les yeux et les oreilles

Ceci dit, la sobriété s’oublie vite au moment de démarrer. En mode Race, toute la rue sait que la Golf R s’élance. La sélection du mode a son importance.

Depuis quelques années, l’Europe voit proliférer une belle offre de citadines et de compactes sportives. RS, S, GT, GTi, OPC et j’en passe… Toutes visent une certaine polyvalence avec un curseur plus ou moins tourné vers l’efficacité. Et bien la Golf R est une synthèse.

Extérieurement, elle ressemble d’abord à une Golf. Quoi de plus passe-partout ? Dans l’habitacle, l’univers est tout aussi connu et reconnu. En mode Eco, en profitant de la toujours excellente boîte DSG, la Golf R est une sage compacte avec amortissement piloté.

Mode Race, elle devient totalement inadaptée à notre circulation ! Double injection, turbo… On atteint 380 Nm de couple à 1 800 tours/minute et 300 chevaux à 5 500. Pour tenir tout ça, la transmission 4Motion repose sur un système Haldex qui envoie le couple vers l’arrière si nécessaire. Le châssis est abaissé, les amortisseurs, ressorts et barres anti-roulis sont spécifiques. Les freins sont gonflés et munis d’un système visant à la direction est adaptée. Autant le dire tout de suite : tout est surdimensionné pour répondre aux besoins d’un conducteur sur routes ouvertes.

Mieux – mais il aurait fallu découvrir les vraies capacités de la voiture sur circuit – l’ESP est entièrement déconnectable.

volkswagen-golf-r-arriere

 

 

L’AUTO est-elle cult ?

Autant l’avouer, j’avais été lassé du manque de polyvalence de certaines de ses concurrentes… L’essai de la Volkswagen Golf R n’était donc pas réalisé avec un a priori particulièrement positif. Et c’est encore mieux comme ça. La plus folle des compactes les plus vendues en Europe est une pièce d’exception qui donne envie d’être conduite tous les jours et d’être emmenée sur un circuit. C’est une réalisation exceptionnelle dont le tarif (42 990 euros) est parfaitement en phase avec les prestations proposées.

Sans intérêt / Sans conviction / Dans la moyenne / Mérite le détour / Exceptionnel / AUTOcult !

J’aime
La polyvalence
Le look ni trop, ni trop peu
L’effet de surprise

J’aime moins
Ne pas disposer d’un circuit dans mon jardin
Le coffre de 343 litres qui pourraient faire croire que ce n’est pas vraiment la voiture de toute la famille

Quelques données :
Modèle essayé : Volkswagen Golf R
Tarif : 42 990 euros
Moteur : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 1 984 cm3
Puissance (ch/kW) : 300 / 221 à 5 500 tours/minute
Couple : 380 Nm à partir de 1 800 tours/minute
Transmission : 4 roues motrices, boîte de vitesses automatique à 6 vitesses
L/l/h (mm) : 4 255 / 1 799 / 1 452
Poids à vide : 1 495 kg
Capacité du coffre (l.) : 343 – 1 233
Consommations urbain / extra-urbain / mixte (l. / 100 km) : 8,8 / 5,9 / 6,9
Emissions de CO2 : 159 g/km
0 – 100 km/h (s) : 4,9
Vitesse maxi : 250 km/h

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *