Categories Actualités, Editorial, Media

Trois ans plus tard, certains ont appris le métier

Posted on
Trois ans plus tard, certains ont appris le métier

Une information a remué les internets cette semaine. Linda Jackson, nouvelle patronne de Citroën, a annoncé l’arrêt de la suspension hydropneumatique à l’occasion de son passage à Francfort. L’information date pourtant de 2012 !

2012, lors de l’entrée au capital de PSA Peugeot Citroën par General Motors, une série de mesures est prise pour retrouver le chemin de la rentabilité. Parmi ces décisions, il y a celle de mettre un terme à la présence de la fameuse suspension hydropneumatique dans le haut de gamme Citroën.

La situation paraissait inéluctable à l’époque. La C6 n’allait pas être remplacée et la C5 avait déjà cédé à la double proposition : hydropneumatique contre ressorts en acier.

Note : il y a toujours des C6 à Francfort, autant qu’à Strasbourg, Toulouse, Morteau…

Les Citroënistes avaient vu le coup venir. « Ces C5 à ressorts de Peugeot » n’étaient que la dernière étape avant la disparition de cet organe historique du double chevron. Les C5 ressorts acier étaient moins chères, différemment positionnées dans la gamme et, aussi, plus vendues.

Facile alors que présenter un PowerPoint accablant : 79 % des Citroën C5 livrées dans le monde en 2013 étaient équipées de suspensions traditionnelles (chez les autres constructeurs). Fermez le ban !

La série de décisions prises pour sauver le groupe n’a pas eu l’écho mérité. Les Citroënistes ont bien lancé une pétition en 2013 pour sauver leur suspension hydropneumatique… Mais rien de plus. Rien non plus lorsque Dongfeng et l’État français ont remplacé General Motors. Carlos Tavares avait annoncé son intention de réduire les gammes et de couper les investissements de recherche et développement. Fini la RCZ et le très prometteur HybridAir !

Pire, les autres constructeurs ont travaillé sur le sujet pour sortir des technologies mêlant ces soupirs à des contrôles électroniques. Un nouveau must. Et que dire que DongFeng qui a récupéré le savoir-faire pour proposer la suspension hydropneumatique sur ses voitures vendues en Chine ? J’en avais fait un article en 2014.

linda-jackson

Alors, lorsque Linda Jackson est interrogée sur ce qui est désormais de son ressort (!), elle ne fait que confirmer une décision prise alors qu’elle était Directrice générale de Citroën Grande-Bretagne et Irlande. Et « l’info » (re)fait le tour de la toile.

Mettons-nous à la place de quelques décisionnaires de PSA Peugeot Citroën. Si une info qui va fêter son troisième anniversaire est découverte aujourd’hui, c’est qu’elle n’a pas ému beaucoup de gens auparavant. Ce n’est peut-être qu’un feu de paille.

Dans un monde qui met en avant les influenceurs, on peut imaginer qu’ils étaient au repos depuis 2012 ou qu’ils soutiennent la décision du groupe français (ou qu’ils n’existent pas). Et qu’aujourd’hui, ces soit-disant influenceurs ressemblent davantage à des ersatz de buzzfeed, prêts à faire un post sur Facebook pour annoncer l’inimaginable : Citroën arrête la suspension hydropneumatique : cliquez sur like si vous n’aimez pas !

Author: Alexandre Stricher

Pilote de AUTOcult.fr
Vie partagée entre le sport automobile, l’automobile et les embouteillages.
Auteur de « Rallye by Renault Sport » et « Belles des Années 80 ».



7 comments

  1. Voilà qui ne pourrait mieux accompagner mon propos… Découvrir cette semaine que cette technologie n’existe plus chez Citroën m’a vraiment surpris. ça fait tellement d’années qu’on en parle et qu’on le déplore.

    On est face à un problème évident des médias. Les faits ne sont plus à la base des reportages, ce ne sont que les petites phrases qui font les papiers.

    Linda Jackson a confirmé l’arrêt. Où est l’info ? On le sait depuis des années ! Mais avec des guillemets pour accompagner la phrase, on touche au but : elle l’a dit, elle a tué l’ADN de la Marque !

  2. C’est clair que j’étais fou de rage en voyant ça !!! ça fait des années qu’on se bat pour sauver l’hydraulique et personne ne veut nous entendre chez PSA.
    ça n’a jamais été du ressort de l’anglaise. On a écrit à Tavares dès son arrivée et ça n’a jamais bougé !!!!
    Ils ne parlent que d’argent pour le bilan de fin d’année pour sauver leur place et jamais de la vraie vie de la marque qui était là avant eux et sera là après eux.
    http://www.mesopinions.com/petition/autres/contre-abandon-psa-systeme-hydropneumatique-citroen/11030

  3. Par contre il me semble que la DongFeng Numero 1 n’a pas de suspension hydractives. Impossible de trouver l’information, tu l’as peut-être, mais j’ai l’impression que l’expression « plateforme de C6 » a tourné la tête de tous les blogs français. Alors que ce serait plutôt, à ce que j’ai lu dans les rares articles un peu plus techniques, une plateforme de 508 aux dimensions C6. Soit une C6 avec des suspensions classiques. Jusqu’à preuve du contraire…

    1. D’après ce que j’ai pu comprendre, C5 (2 générations), 407 et 508 sont sur une plateforme PF3 à empattement court et C6 a du PF3 à empattement long. DongFeng a repris du PF3 empattement long. D’ailleurs, cette DongFeng n’est toujours pas commercialisée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *